lundi 8 juillet 2013

Je suis pas gynéco, mais...

Tout d'abord, laissez-moi vous raconter un échange plus que classique entre moi et une patiente, comme j'en ai environ au moins une fois par semaine. En général à la fin d'une consultation pour un autre motif:
"Ah oui, et docteur, s'il vous plaît, est-ce que vous pourriez me refaire mon ordonnance de pilule, je suis à court et j'ai pas rendez-vous chez mon gynéco avant 1 mois et demi."
"Oui bien sûr. Vous savez que vous n'êtes pas obligée d'aller chez le gynéco pour vous faire prescrire la pilule?"
"Ah bon? Mais de toute façon il faut bien y aller pour le frottis!"
"Bah non. Moi je vous le fais le frottis. Et sans avoir 4 mois de délai de rendez-vous. Et pour moins cher."
"Ah bon? Ben oui c'est plus pratique alors."
"Et le frottis, il/elle vous le fait à quelle fréquence votre gynéco?"
"Ben tous les ans, normal quoi."
"Ben non, pas normal quoi. Le frottis c'est tous les 3 ans normalement si tout va bien. Et puis vous avez quel âge, 21ans? Déjà on est pas obligé de commencer si tôt."
"Ah bon??"
"Et votre pilule, vous la supportez bien?"
"Ben, pas trop, mais il/elle m'a dit que c'était dans la tête..."
"Ça vous intéresse qu'on reparle de tout ça tranquillement? Qu'on voit si on trouve autre chose qui vous conviendrait mieux?"
"Ben oui je suis pas contre."
"Bon, alors reprenez rendez-vous, et en attendant, allez voir ces sites internet, vous pourrez déjà commencer à y réfléchir, et comme ça si vous avez des questions on en reparlera. En attendant je vous remet votre pilule pour un mois, que vous soyez pas sans rien."

Et la dame repart bien contente d'avoir appris que non on est pas obligée d'aller chez le gynéco pour la pilule et le frottis. Et que même, on est pas obligée de le faire tous les ans.

Alors comme je vois que ces idées reçues sont très répandues, puisque je les rencontre si fréquemment, et que j'ai des échos sur Twitter de nombreuses femmes qui ont été mal reçues, mal écoutées par les gynécos, j'ai envie de crier sur la place publique:

"NON VOUS N'ÊTES PAS OBLIGÉES D'ALLER CHEZ LE GYNECO POUR LE SUIVI DE PRÉVENTION ET LA CONTRACEPTION!!!"
"NON LE FROTTIS NE SE FAIT PAS SYSTÉMATIQUEMENT TOUS LES ANS!!!"
"NON IL N'Y A PAS QUE LA PILULE COMME MOYEN DE CONTRACEPTION!!"

Les médecins généralistes sont compétents pour le suivi gynécologique et la contraception des femmes en bonne santé, n'en déplaise à certains gynécos.
Alors, tous ne le font pas, par manque de formation ou par manque de goût pour le sujet. Bon, moi je ne fais pas les infiltrations ni les plâtres. Chacun son truc. Mais vous trouverez sûrement pas très loin de chez vous un médecin généraliste qui pratique et aime la gynécologie.
Et si vous n'en trouvez pas, ou que le contact ne vous convient pas, sachez que les sage-femmes, AUSSI, sont habilitées à réaliser le suivi gynéco et contraceptif des femmes en bonne santé. Oui oui, ma chère DixLunes, je ne vous oublie pas! Je tiens même à dire que j'ai orienté ma propre sœur vers une sage-femme pour ses problèmes de contraception. Et figure-toi qu'elle a été ravie!
Alors certaines femmes se plaignent que peu d'entre elles le font vraiment, en pratique. Certes, pour l'instant, c'est possible, car ce n'est que récemment qu'on leur a octroyé cette compétence. Alors ne perdez pas espoir, continuez de les solliciter. Plus elle auront de demandes, plus elles seront motivées pour se former.
Quant aux médecins généralistes, cette compétence leur est acquise depuis toujours. Je ne comprends pas pourquoi tant de femmes l'ignorent. (J'ai une petite idée mais je préfère ne pas la développer, on dirait que j'ai mauvais esprit).

Je ne veux pas me faire des ennemis chez les gynécos, je n'ai rien contre les gynécos. Mais d'une part je suis persuadée que leur temps et leur cerveau de spécialiste serait bien mieux employé à s'occuper des femmes qui ont un PROBLÈME gynécologique, et que ne plus s'occuper du suivi de femmes sans problèmes réglerait de fait le problème des délais de rendez-vous. Et d'autre part, je n'ai quand même pas de bons retours sur l'écoute et le choix laissé aux patientes, que ce soit en consultation, ou sur Twitter.

J'ai été très étonnée du nombre de réaction reçues, quand j'ai dit que je pensais (j'espérais), que peu de gynécos refusaient de poser des DIU (dispositif intra-utérin,communément mais improprement appelé stérilet) aux nullipares. Et bien, apparemment, si. Ça me désole.
Car, encore une idée reçue à exploser:
OUI, IL EST POSSIBLE D'UTILISER UN DIU QUAND ON N'A PAS ENCORE EU D'ENFANT!!

Et tant qu'on y est:
Non, le DIU ne rend pas stérile. Non, le DIU ne favorise pas les infections. C'est le microbe qui fait l'infection, pas le DIU.
Non, le DIU ne favorise pas les GEU (grossesses extra-utérines).

Quelques mots d'explication en ce qui concerne les GEU:
Quand on a pas de contraception et qu'on devient enceinte, normalement l'œuf va se nider dans l'utérus. Parfois il arrive qu'il s'installe dans la trompe (voire même ailleurs), c'est ce qu'on appelle la GEU. C'est dangereux parce que la plupart du temps ça se termine par une hémorragie. Le DIU, de par sa présence dans l'utérus, empêche l'œuf de s'y installer et donc la grossesse de débuter. Il est donc très efficace pour la prévention des grossesses intra-utérines. Mais ce n'est pas son seul moyen d'action. Il diminue aussi et d'abord le taux de fécondation, notamment en empêchant les spermatozoïdes d'accéder à l'ovule pour le féconder. Donc, il diminue AUSSI le risque de GEU! Par contre, il est un peu moins efficace sur les GEU, ce qui fait qu'au total, sur toutes les grossesses obtenues malgré un DIU (donc les échecs de DIU), la proportion de GEU est plus importante que sur les grossesses hors DIU. C'est cette inversion de proportion entre GEU et GIU qui lui a donné cette réputation de favoriser les GEU. Mais c'est faux. Au total, avec un DIU, vous aurez quand même moins de risque de faire une GEU que sans contraception! (J'espère m'être expliquée suffisamment clairement, sinon dites-le-moi j'essaierai de faire mieux!)
Et je rappelle soit dit en passant, que hors malformations des organes reproducteurs, le principal facteur de risque de faire une GEU est le TABAC!

Je pense à titre personnel que le DIU, quelle que soit sa variété, est un des meilleurs moyens de contraception, et que le taux d'IVG ne s'en porterait pas plus mal si on l'utilisait BEAUCOUP plus.

Ça faisait longtemps que je voulais apprendre à les poser, pour justement pouvoir répondre aux demandes des patientes sans avoir à les envoyer chez le gynéco.
Je n'ai pas fait de stage d'internat en gynéco. J'ai donc voulu faire des consults de gynéco pendant mon SASPAS pour apprendre. On m'a dit à chaque fois "je te montre celui-là, tu poses le suivant". Bien sûr il n'y a jamais eu de suivant, à chaque fois. J'ai donc terminé mon internat en ayant la théorie mais en n'ayant jamais posé moi-même.
J'ai voulu m'inscrire à un diplôme, pas de bol il n'y avait plus de place.
Alors un jour je me suis dit, si j'attends que quelqu'un m'apprenne, je ne saurai jamais. J'ai donc décidé de me lancer.
J'ai regardé sur internet des sites et des vidéos. J'ai flippé. J'ai trouvé une patiente compréhensive. Je lui ai dit les choses franchement. "Je connais la théorie, on m'a appris la technique, mais je ne l'ai jamais fait seule. Si vous voulez, on le tente. Si vous préférez aller voir quelqu'un qui a plus d'expérience, je comprends totalement." Et là, elle m'a répondu "Non, non, vous me l'avez prescrit vous me le poserez. Moi aussi un jour j'ai débuté dans mon métier, et si personne ne m'avait donné ma chance je n'aurais jamais rien fait. Vous verrez ça se passera bien." Je n'en reviens toujours pas qu'elle m'ait donné cette confiance. J'en suis encore émue.
Alors j'ai beaucoup révisé, et je me suis lancée. Et ça a marché. J'utilise la méthode dite de la "torpille" ou "Cristalli-Bonneau", et c'est beaucoup plus facile que la méthode classique.
Alors je l'ai refait. Une fois ça n'a pas marché. Une fois j'ai été très fière parce que j'ai réussi là où le médecin expérimenté n'avait pas réussi la semaine précédente.
La semaine dernière j'ai franchi le pas, j'en ai posé un chez une nullipare. Et ça s'est bien passé.

Alors, amis généralistes, et sage-femmes, si vous avez envie de tenter, mais que vous flippez, lancez-vous. Si vous n'osez pas comme ça, il y a des formations pratiques. Apprenez. Les patientes vous remercieront.
Voilà. Il ne me reste plus qu'à apprendre à poser les implants. Il paraît que c'est très facile. Mais c'est toujours pareil, tant qu'on a pas fait, ça fait peur. Il faudra que je trouve une patiente confiante, pour me lancer de nouveau.

Mesdames, patientes ou lectrices, ne vous laissez pas imposer un suivi gynéco et une contraception qui ne vous convient pas. Si votre interlocuteur, qu'il soit généraliste, gynéco, ou sage-femme, ne prend pas en compte vos attentes, changez de crémerie. Ne vous laissez pas maltraiter.

Quelques liens pour alimenter votre réflexion:
Pour les femmes:
http://www.choisirsacontraception.fr/ Site gouvernemental mais néanmoins instructif.

Winckler's Webzine, le site de Martin Winckler, une mine d'info sur la contraception en général et les DIU en particulier.

Pour les médecins:
le site Blue Gyn, avec des démos sur la pose de DIU (technique de la torpille), la pose d'implant, le retrait.

Pour les femmes ET les médecins:
l'excellent blog de Borée. Je vous ai mis en lien tous les billet regroupés sous le mot-clé "gynécologie". Mais n'hésitez-pas à lire tout le blog si vous ne connaissez pas.





21 commentaires:

  1. J'ai eu une GEU et je ne fume pas ni n'ai de malformations de l'appareil génital..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme pour beaucoup de choses, on parle de facteurs de risque et d'augmentation du risque, jamais du 100%... Que le tabac augmente le risque de faire une GEU ne veut pas dire qu'on va FORCEMENT en faire une, ni que ne pas fumer fait passer le risque à 0.

      Supprimer
    2. On ne retrouve pas toujours de facteur de risque présent malheureusement. Un facteur de risque, ça veut juste dire que si vous avez cela, vous avez plus de risque de faire cet évènement. Ca ne veut pas dire que si vous l'avez, vous le ferez forcément, ni que si vous ne l'avez pas vous êtes protégée.
      Tout comme des gens qui n'ont jamais fumé ont parfois un cancer du poumon...

      Supprimer
  2. lance-toi pour les implants , c'est plus facile que les DIU :-))
    merci pour cet article qui résonne bien avec le mien .

    RépondreSupprimer
  3. Chères consoeurs,
    Le problème vient de ce que nous savons cela depuis longtemps, que nous faisions des karman interdits au CHU en 1970, que nous nous demandons pourquoi les idées n'ont pas plus avancé, et cetera...
    La gynécologie, c'est avant tout de la médecine générale. Le suivi de grossesse sans écho est un peu plus difficile mais nous l'avons fait quand il n'y en avait pas.
    Vous avez omis quand même quelques points.
    Vous n'avez parlé à aucun moment du préservatif, ou alors j'ai lu trop vite : comment peut-on parler de contraception et de prévention sans dire un mot du préservatif non pas tant comme moyen contraceptif que comme outil de prévention des IST ?
    Vous parlez du DIU comme de la panacée mais vous oubliez qu'implanter un DIU chez une nullipare qui a plusieurs partenaires n'est pas franchement indiqué... Le DIU comme moyen contraceptif de la jeune femme mono partenariale qui n'a pas besoin de préservatif, c'est cela ?
    Le problème, c'est la formation des médecins par la caste misogyne des gynobs hommes ou femmes.
    Le problème c'est cette caste qui a permis le distilbène alors qu'il était interdit ailleurs, qui était contre l'avortement, contre la pilule, qui a permis le THS, qui a prescrit des pilules de 3 et 4° génération, qui fait faire des mammographies dès 40 ans. Je m'arrête.
    Pas un mot non plus des dangers de la pilule et qui ont fait la une des journaux.
    Bravo pour votre action mais l'essentiel c'est quand même que la médecine française est misogyne et, je dirais même plus, considère les femems comme des crétines.
    Enfin, dernier point, à mantes la Jolie, dans le Val Fourré, là où j'exerce, il est de plus en plus difficile de faire de la gynécologie quand on est un homme. C'est une donnée dont il faudra tenir compte dans les années à venir.
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cher docteur du 16,
      oui en effet je n'ai pas abordé un certains nombres de points que vous avez pertinemment évoqués. Le but de mon billet n'était pas de passer en revue toutes les problématiques liées à la contraception... Il faudrait une encyclopédie pour ça. Certes je n'ai pas pensé à évoquer le préservatif. Mon billet n'était pas à vocation de prévention des IST, mais juste de faire savoir aux femmes quelles sont les possiblités qui s'offrent à elles pour être prises en charges. Mea culpa.
      Je ne compte pas me subsituer à leur médecin/SF pour les aider à choisir et pour leur donner des conseils de prévention.
      Quant à ce que vous évoquez par rapport au DIU, non je ne pense pas qu'il s'agisse d'une "panacée". Aucun moyen de contraception n'est adapté à TOUTES les femmes, c'est bien pour ça qu'il y en a autant. Evidemment qu'il y a des cas dans lesquels il n'est pas la meilleure solution. Mais je pense que ça reste un très bon moyen de contraception, et qu'il est largement sous-employé en France. C'est tout.
      Pour finir, concernant la difficulté de faire de la gynéco en tant qu'homme dans certains quartiers, j'en suis bien la première attristée. J'espère que cela changera, même si je ne me fais pas trop d'illusions...

      Supprimer
  4. Je dirais que les idées reçues ce sont aussi nos préjugés de base.

    Comme rechercher à la base un praticien femme et jeune pour se sentir "plus à l'aise". (Alors qu'aux urgences gynéco je n'aurais jamais refusé l'interne de garde).

    Je suis d'accord sur le fait qu'on ne doit pas se faire maltraiter par ses soignants, mais ça s'applique à toutes les spécialités.

    RépondreSupprimer
  5. 1 000 merci pour ce billet ! Je fais partie de cette catégorie de femmes qui ne s'est pas renseigné, qui ne sait pas, qui ne sait rien sur le sujet et qui ne savait pas non plus que les généralistes pouvaient faire un suivi. Sauf que lorsque j'ai choisi d'aller voir un généraliste, ça s'est pas passé comme je l'espérais: http://mademoisellepetitebulle.unblog.fr/2013/03/02/petite-bulle-chez-le-gyneco/
    Alors merci beaucoup !!!!

    RépondreSupprimer
  6. J'ai moi même longtemps voulu me faire suivre sur le plan gynécologique uniquement par des femmes. Il m'est arrivé récemment, n'ayant pas le choix, de faire faire mes examens gynéco par des hommes mais j'avoue me sentir moins à l'aise avec eux, bien qu'ils aient été tout à fait aimables et respectueux. C'est bête mais c'est comme ça. A l'inverse certaines de mes copines ne vont voir que des gynécos hommes car elles préfèrent.

    Pour ma part je suis maintenant suivie par ma généraliste et j'en suis très contente.
    Est ce qu'on peut rajouter "Non votre médecin n'est pas obligé de vous poser un spéculum sans lubrifiant" "Oui ça peut faire mal"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolument. La présence de lubrifiant à base d'eau ne dénature en rien le frottis, malgré ce que trop de médecins pensent encore. Donc aucun problème à mettre du lubrifiant!
      Ca peut faire mal, enfin en théorie si le médecin fait doucement et de façon respectueuse, ça fait normalement pas mal! (Bon après j'ai pas dit que c'est une partie de plaisir non plus hein...)

      Supprimer
  7. Ma consoeur a arrêté d'en poser suite à plusieurs complications de pose genre choc syncopal ou perforation uterine 4 mois après la pose. Je crois qu'il faut en poser tous les jours pour pouvoir le faire correctement. C'est mon avis simplement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous savez même les gynéco n'en posent pas tous les jours...

      Supprimer
  8. Merci pour votre post. Je suis allée chez ma gynéco avant de vous lire, mais après avoir bien regardé le site (et le livre) de M. Winckler et celui du docteur Borée. Ma généco est charmante, exerce pour 80 euros à Paris, mais quand je lui ai parlé DIU en tant que nullipare, elle a avancé quatre bonnes raisons avant de céder, j'ai 38 ans tout de même, je sais ce que je veux, et la pilule, ça suffit. La cerise sur le gâteau, ça a été la réponse à ma question : vous pourrez me le poser sans pinces? Et comment voulez-vous que je fasse? M'a-t-elle répondu. Et bien sûr, elle m'a obligé à attendre mes règles suivantes pour le poser.
    Et là, des mots comme "lutte contre la douleur", "formation continue", "curiosité", "serment d'H", etc. ont traversé mon esprit. je n'ai rien dit, mais je cherche du côté d'amies d'amies sages-femmes si elles ou d'autres pratiquent la technique de la torpille. j'ai eu mon ordonnance, mon diu attend sagement quelqu'un qui aura le courage de faire ce que beaucoup feront bientôt, je l'espère pour la génération suivante.
    En tout cas, merci pour votre engagement -action et témoignage - en faveur des patient(e)s.

    RépondreSupprimer
  9. Ah oui oui, j'ai 22 ans et je suis allée pour la première fois chez une gynéco l'année dernière, et ça m'a traumatisée. J'aurai du mal quand il sera temps de refaire un frottis... En attendant, pour parler pilule, je m'entends bien mieux avec mon médecin généraliste.

    RépondreSupprimer
  10. Si vous avez été traumatisée, eh bien n'y retournez pas! D'autant plus que comme évoqué ci-dessus, les frottis ne doivent être débutés qu'à 25 ans, donc celui qu'on vous a imposé était fort probablement inutile à 21 ans. Faites-vous donc suivre par quelqu'un d'autre, par exemple votre généraliste si vous vous entendez bien avec lui.

    RépondreSupprimer
  11. Comment trouve t'on un médecin généraliste qui fait à la fois gynécologue ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En leur posant la question? Il n'y pas de liste officielle malheureusement.
      Et juste, si je peux me permettre, nous ne faisons pas "à la fois gynécologue", nous faisons le suivi gynécologique de nos patientes. Nous n'avons pas la prétention d'être gynécologue. ;-)

      Supprimer
  12. Je ne suis pas gynécologue mais je pense que cela dépend des cas. Je te conseillerai bien de poser ta question à un spécialiste du domaine car les avis sont variés sur les forums. N'empêche, en faisant un peu de recherches, tu trouveras sûrement de nombreux conseils sur la gynécologie comme ce fut mon cas à l'exemple de la page qui se trouve ici http://gynecologie-lyon.com/temoignages/. M'enfin, c'est juste un exemple mais tu en trouveras sûrement d'autres assez intéressants sur le sujet. Bon courage.

    RépondreSupprimer
  13. Je ne suis pas gynécologue moi-aussi n'empêche, je pense qu'il est plus prudent de confier son cas à un gynécologue surtout si cela nécessite de traiter des cas de figures plus approfondis. Néanmoins merci pour cet article détaillé avec soin.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,
    Je prenais la Diane35 mais depuis j'ai du changer et j'ai essayer plusieurs pilules. A chaque fois j'ai des saignements soit pendant les rapports, soit au cours du cycle, toujours les 2e semaines de la plaquette.
    Vers quel produit faut-il s'orienter ?
    Merci pour votre aide

    RépondreSupprimer