samedi 6 septembre 2014

Bref, j'ai accouché en plateau technique.

Voilà deux semaines maintenant que le MiniMarmot a pointé son nez. Plusieurs personnes m'ont demandé de raconter l'expérience de cette naissance et de cet accompagnement un peu "atypique" que nous avions choisi avec mon mari.
Après avoir un peu atterri mais avant d'oublier les petits détails, je vais essayer de me lancer.

Pour ceux qui n'ont pas suivi, ma grossesse a donc été suivie par une sage-femme libérale qui pratique les accouchements sur le site de l'hôpital d'Annecy. Elle a donc tout assuré de A à Z, du retrait du DIU au suivi post-natal (sauf les échos). Et bien assuré.

Un suivi sur mesure, juste comme nous le souhaitions. Pas de tests inutiles, pas d'examens invasifs (premier TV à 8 mois...). Et pourtant au moins 45min à chaque rendez-vous de suivi.

Au fil des mois une relation de confiance s'est instaurée, une proximité que je n'ai jamais avant expérimenté ni en tant que patiente, ni en tant que professionnelle de santé. Le tutoiement qui vient naturellement, la bise en arrivant en consult (chose que jamais au grand jamais je n'envisagerais avec mes patients, sauf pour quelqu'un que je connaîtrais par ailleurs). Mais là, ça semble naturel.

Arrivés à 8 mois 1/2, un bébé qui s'annonce plutôt grassouillet, on se dit que ça serait bien qu'il arrive un peu en avance, comme ses frères. MagicSF s'inquiète un peu, se demande si ça va bien passer. Elle aimerait avoir l'avis d'un obstétricien sur la faisabilité de l'accouchement en plateau technique.
Hum. S'ensuit l'épisode déplorable du rendez-vous fantôme à l'hôpital (pour ceux qui me suivent sur Twitter vous avez eu les détails en live... Pour les autres disons que mon mari et moi avons passé 3h à hanter les couloirs de l'hôpital pour au final ne voir personne.) Bref. Passons. Sur exposé de mon dossier le lendemain les pontes de l'obstétrique ont dit que oui on pouvait essayer l'accouchement physio et qu'on verrait bien sur place si ça bloquait. Ouf.

Nous décidons donc avec MagicSF de donner un petit coup de pouce à la nature, en faisant un décollement des membranes (j'étais à 39SA passées), histoire d'accélérer un peu les choses. Pour mes 2 premiers on m'en avait aussi fait un, mais sans m'en avertir... Cette fois c'est moi qui l'ai demandé.

Le soir de ce rendez-vous, joueurs que nous sommes, M.Kalee et moi décidons de sortir au restaurant (bien nous en a pris car ce sera probablement le dernier avant un petit moment...)
A 1h du matin la nuit suivante, rupture de la poche des eaux  (nous avons raté un repas gratos au resto à 2h près...).
En à peine 15-20 min les contractions démarrent, d'emblée assez fortes et rapprochées. M.Kalee appelle donc MagicSF qui arrive à la maison à 2h. Le lit est inondé... Après m'avoir examinée, elle déclare "allez hop on lève le camp tu es à 7cm..." Wokay. Je sens que ça va pas traîner cette affaire.
Hop direction la voiture, la maternité. Je salue là la prévoyance de M.Kalee qui avait tout bien préparé les affaires alors que je me disais qu'on aurait bien le temps de fignoler pendant le début du travail (ah ben oui mais non en fait.)
Arrivés à la mater, j'ai fait mon marathon à moi, à savoir marcher depuis le parking jusqu'à la salle de travail qui nous était destinée (la dernière tout au fond du couloir bien sûr), avec des contractions qui s'enchaînaient quasi bout à bout. J'ai cru jamais arriver au bout.

Installation en salle, je me juche sur la table d'accouchement, mais à quatre pattes. (So sexy...)
J'ai chaud, mais tellement trop chaud... Je suis en sueur. M. Kalee tente de me masser le dos mais l'huile de massage chauffe encore plus. Fail... Du coup il me mouille avec un gant, mais comme le robinet de la salle ne donne que de l'eau chaude (narmol!!), il souffle sur moi pour faire du frais...
Pendant ce temps-là j'encaisse les contractions quasi ininterrompues, à ce stade j'arrive encore à vocaliser comme on a appris en prépa. Mais la position me fatigue, je commence à avoir les jambes qui tremblent, il va falloir trouver une autre solution car je ne tiendrai pas comme ça jusqu'au bout.

Du coup on se reconvertit, je passe en position "à l'anglaise", c'est-à-dire couchée sur le côté. C'est plus confortable, sauf pour M.Kalee qui du coup est assigné à la tâche de me tenir la jambe supérieure... Pauvre de lui.
Pas de perf, pas de monito qui me serre le bide en permanence. MagicSF est là pour écouter le coeur foetal de temps en temps. Et pour m'encourager. Elle reste avec nous, en permanence.

J'ai la bouche sèche, M.Kalee m'apporte un verre d'eau, mais je n'aurais jamais le temps d'y goûter, car c'est à ce moment-là que commence la phase d'expulsion. Là j'abandonne les vocalises et ce qui me reste de self-control pour me mettre à hurler à pleins poumons. Tu ne sais pas combien de décibels tu es capable de produire jusqu'au jour où tu accouches sans péri. Festival de sensations si intenses qu'on s'y perd. Heureusement que ça n'a pas duré trop longtemps...
Bref, après quelques dizaines de minutes de cris de putois, MiniMarmot est sorti (sans problème donc nonobstant son poids respectable de 4,100kg...).
Aucun objet contondant ne s'est approché de mon périnée, enfin, avant l'expulsion car malheureusement grâce à mes 2 cicatrices d'épisio antérieures ça s'est quand même déchiré donc j'ai malgré tout eu droit à la joie de la suture...
Finalement je crois que c'est cette douleur-là, celle du périnée, plus que celle des contractions qui me restera en mémoire.

Une fois le marmot enfin sur mon ventre, je ressens le contrecoup de ces 2h30 de travail intense, je tremble comme une feuille pendant une bonne heure, et j'ai toujours aussi chaud. Il faudra un bon bout de temps avant que mon organisme ne se calme.

Après avoir bien câliné le marmot, je reprends quelques forces avec des fruits secs et du thé au citron (la meilleure boisson fraîche de toute ma vie je crois.)

Trois heures plus tard, après délivrance, suture, examen du marmot et beaucoup de paperasse, à 6h30 du matin, nous rentrons chez nous. Rentrer chez soi tranquille à l'aube avec un marmot tout neuf de 3h, c'est priceless.

La suite a été un peu moins fun, avec un démarrage d'allaitement très très compliqué, malgré toutes les connaissances que je pense avoir à ce sujet. Heureusement qu'il y avait la visite quotidienne de MagicSF, bientôt relayée au pied levé par son associée pour cause d'arrêt maladie.
J'ai été sur le point de tout abandonner, et franchement sans leur soutien je pense que ça aurait été le cas.
Aujourd'hui on a fait le plus dur, et même si MiniMarmot n'a pas encore récupéré son poids de naissance, les choses sont bien en route et il n'y a plus de raison que ça ne marche pas.

Bref, j'ai pu vivre ma grossesse et mon accouchement comme je le souhaitais, accompagnée par une sage-femme que je connaissais, qui me connaissait, en qui j'avais confiance. Je n'ai pas retrouvé le sentiment de solitude extrême que j'avais pu ressentir lors de mes 2 premiers accouchements.
J'ai pu bénéficier d'un soutien rapproché pour mener à bien mon allaitement comme je le souhaitais malgré les difficultés.
Je n'envisage pas à ce jour d'avoir d'autre enfant, mais si c'était à refaire je referais les mêmes choix sans hésiter.
Je pense que ce type de prise en charge ne convient pas forcément à tout le monde, mais pour moi c'était l'idéal.


Je dédie ce billet à Céline et Marion grâce à qui ce projet a pu être mené à bien, avec des milliers de merci.


Edit du 12/09/2014:

Il semblerait que cet article a pris une vie autonome et voyagé sur FaceBook (que je ne fréquente pas, donc je n'ai eu que des éléments rapportés). D'aucunes se seraient insurgées du fait qu'on m'ait fait subir une suture du périnée à vif... Cela est totalement faux, je n'ai jamais écrit ça. Lorsque je parle de la douleur du périnée qui m'a plus marquée que celle des contractions, je parle de la douleur ressentie lors de l'expulsion causée par l'extension des tissus, sur ma cicatrice d'épisio. ÉVIDEMMENT que Céline m'a fait une anesthésie locale avant de recoudre, on est pas des sauvages!

Quant à celles qui râlent que le décollement des membranes, CAY PAS PHYSIO, je les emmerde courtoisement. C'est moi qui l'ai demandé, et je préfère avoir pu accoucher physiologiquement à 39SA après décollement, de mon fils de 4.1kg, que d'avoir attendu 15j de plus et que ça se soit terminé en déclenchement voire en césarienne pour cause de bébé trop gros (je signale juste que je mesure 1m55 donc bon, faut pas non plus tenter le diable...).
Bref, personnellement je me fous royalement de l'avis des ayatollah de la "Naissance respectée", mais certains commentaires ont touché personnellement ma sage-femme et ça me met en colère car ce texte avait pour but de la remercier et non de l'exposer à la critique gratuite.
Voilà qui est dit.

13 commentaires:

  1. Sublime, merci pour ce témoignage d'un accouchement autrement :)

    RépondreSupprimer
  2. Juste un petit mot: d'où vous vient cette idée saugrenue qu'il faudrait forcément être "sexy" pendant son accouchement? Allongée sur le dos, jambes écartées dans des étriers, ça vous semble vraiment plus glamour? C'est ce genre de représentations qui poussent les femmes à inhiber leurs besoins fondamentaux et à adopter des positions qui sont contraires à la physiologie. Et même vous qui avez fait le choix d'un accouchement plus naturel, vous ne pouvez vous empêcher de les relayer. C'est bien dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh, c'était juste un petite blague... Bien sûr que non je ne pense pas qu'il faille être sexy en accouchant. C'est bien un des moments les moins sexy de la vie... Relax...

      Supprimer
  3. Merci pour le témoignage c'est très intéressant. J'aurais aussi voulu un accouchement physio pour bb2 mais malheureusement ça ne se fait pas dans mon coin. ..
    Je me reconnais tout à fait dans la description de tes douleurs: premier accouchement sans peri et avec forceps c'est également le périnée qui m'a fait le plus souffrir! Les contractions? Mais quelles contractions? ..

    RépondreSupprimer
  4. Bravo !
    J'ai un peu déserté Tweeter ces derniers temps, et je suis très contente d'apprendre que tu aies pu avoir l'accouchement que tu souhaitais ! (Faudra en faire un 4ème pour tenter l'AAD ;) )

    RépondreSupprimer
  5. Je lis mais je ne réagis jamais mais là ça me parle tellement ce que tu as vécu. L'accouchement "physio" (je n'aime pas ce terme pas vraiment adapté) dont je rêvais. J'ai accouché par césa d'urgence d'une merveille de 4,6 kg, après un long travail très douloureux, j'y ai cru jusqu'au bout mais il se présentait mal et tellement gros quoi ! Le décollement des membranes t'as permis d'avoir un super accouchement, une belle arrivée pour bébé, génial !
    Comme quoi c'est possible, avec les personnes d'accoucher dans le respect de la mère et l'enfant.

    RépondreSupprimer
  6. Après un accouchement hyper médicalisé et traumatisant pour mon intégrité de femme et d'être humain, j'ai moi aussi eu la joie, 1 mois avant toi, de connaître l'accouchement avec Céline (mais moi j'ai eu la toute petite salle, et du sirop de kiwi à la place du thé au citron). Et bien autant pour ma fille j'avais dit "plus jamais ça", autant pour le 2ème, j'étais prête à recommencer en sortant de l’hôpital !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Collègue! ;)
      Super que ça se soit bien passé pour toit aussi! J'avoue que ça me donnerait presque (PRESQUE) envie de tenter le 4e!
      Je regrette tellement de ne pas l'avoir connue (de ne pas avoir eu l'idée de la chercher surtout!) pourmon 2e...

      Supprimer
    2. Bonjour Madames,
      Je suis Camille étudiante sage-femme en 4ème année à l’école de Reims et dans le cadre de notre formation nous avons à rédiger un mémoire de fin d’étude. Le sujet de mon mémoire porte sur « l’accouchement démédicalisé aujourd’hui en France : parole donnée aux parents ». Je vais donc réaliser une dizaine d’entretiens de femmes ayant accouchées dans différentes structures.
      J’aimerai alors, si vous le souhaitez, vous proposer un entretien sur internet (skype ou autre) de 45 minutes environ afin de connaitre vos motivations, vos attentes, ce que vous avez mis en œuvre pour y parvenir ainsi que la réalisation finale de votre projet.
      Je reste à votre disposition pour toutes autres informations complémentaires. Vous pouvez me joindre quand vous le souhaitez à cette adresse : gierak.camille@hotmail.fr
      Merci à vous par avance,
      Cordialement, Camille.

      Supprimer
  7. Bonjour Mesdames,
    Je suis Camille étudiante sage-femme en 4ème année à l’école de Reims et dans le cadre de notre formation nous avons à rédiger un mémoire de fin d’étude. Le sujet de mon mémoire porte sur « l’accouchement démédicalisé aujourd’hui en France : parole donnée aux parents ». Je vais donc réaliser une dizaine d’entretiens de femmes ayant accouchées dans différentes structures.
    J’aimerai alors, si vous le souhaitez, vous proposer un entretien sur internet (skype ou autre) de 45 minutes environ afin de connaitre vos motivations, vos attentes, ce que vous avez mis en œuvre pour y parvenir ainsi que la réalisation finale de votre projet.
    Je reste à votre disposition pour toutes autres informations complémentaires. Vous pouvez me joindre, si vous êtes interéssée quand vous le souhaitez à cette adresse : gierak.camille@hotmail.fr
    Merci à vous par avance,
    Cordialement, Camille.

    RépondreSupprimer
  8. Ha tout ces commentaires positifs me font très plaisir car j'ai moi aussi décidé d'accoucher avec Céline et Marion pour mon premier enfant. j'en suis au 7ème mois mais l'accouchement me semble proche, j'étais venu me rassurer sur la toile et ton aventure est rassurante, je rêve du même accouchement même si chaque naissance est différente!!! Merci

    RépondreSupprimer